Le Cinéma ne s’arrête plus !

L’industrie cinématographique traverse une production sans fin comme jamais vu auparavant, peut-on parler de surproduction ? 

Il est de plus en plus dur de tout suivre, de tout voir, de choisir le meilleur, d’être au cœur de l’actualité etc.

Une cadence qui se doit bien évidemment à l’éclosion des séries notamment Netflix, il faut sans cesse de la nouveauté pour les spectateurs. 

Voici une de mes sélections de film à voir dans les prochaines semaines et mois à venir 🙂

PERSONA NON GRATA

Roschdy Zem réalise « Persona non grata ». Un polar à travers lequel il a laissé libre cours à son imagination, où deux copains vont se perdre dans des affaires louches. Dans ce film, Roschdy Zem est à la fois devant et derrière les caméras. Avec la participation de Nicolas Duvauchelle acteur hyper talentueux que Mycinemag suit depuis ses débuts.

LA SOURCE 

Ce n’est pas le film de l’année mais à voir ne serait-ce que pour le cadeau qui a été offert au rappeur Sneazzy (puisque c’est son 1er rôle au cinéma) ! Présence de Vincent Lambert donc casting très divers qui fait la richesse du film…

en savoir plus –> https://www.mycanal.fr/cinecinema/la-source-en-tournage/p/1517546

Dans un autre genre un peu trop déjanté et sans vraie profondeur philosphique ….

PREMIER DE LA CLASSE 

Ou encore

IBIZA (participation de Joeystarr qui apporte beaucoup de fraîcheur et de pep’s au film)

et pour finir

Yves  avec William Lebghil et Philippe Katerine  (à voir pour saisir de quoi il s’agit réellement) 

Résumé : Jerem s’installe dans la maison de sa mémé pour y composer son premier disque. Il y fait la rencontre de So, mystérieuse enquêtrice pour le compte de la start-up Digital Cool. Elle le persuade de prendre à l’essai Yves, un réfrigérateur intelligent, censé lui simplifier la vie…

Notre avis : Après avoir assisté à une conférence sur les robots, celui qui avec Gaz de France en 2016 s’est essayé avec un succès incertain à la satire politique autour de la fonction présidentielle s’intéresse cette fois, entre humour et inquiétude, à la capacité des appareils dits intelligents à révolutionner nos vies.
Benoit Forgeard abandonne cette lenteur héritée de ses années d’apprentissage aux Beaux-Arts du Fresnoy qui avait fait de son précédent long-métrage un pamphlet un peu trop inoffensif, pour coller au plus près de cette marche en avant effrénée de la technologie et de l’I.A. (Intelligence Artificielle), en particulier. S’il ne renonce pas à ce sens de l’absurde qui fait depuis ses débuts sa marque de fabrique, il descend de son perchoir pour composer, une partition inclassable hors des sentiers battus dotée d’une intelligence certes farfelue mais pas du tout artificielle. A la croisée des genres cinématographiques (film de science-fiction, satire, film de potes et comédie sentimentale), Yves se fait populaire pour s’adresser à un plus large public. 
Car à l’heure où le culte de la performance et le dépassement de soi sont érigés en règles de vie, chacun d’entre nous se sent, bien malgré lui, sous la surveillance des algorithmes.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s