Kindil El Bahr … un film d’horreur avec un message revendicateur très intéressant…

Année : 2016 / Réalisé par : Damien Ounouri avec Adila Bendimerad, Nabil Asli, Souad Sebki

Synopsis:

Une jeune mère de famille est agressée par un groupe d’hommes à la plage. Peu de temps après sa disparition, les baigneurs se mettent à mourir subitement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Critique :

Kindil aborde le thème de la violence faite aux femmes par le biais du conte fantastique, en rupture avec les traitements sociologiques ou naturalistes habituels. Ounouripratique un cinéma hybride où se rejoignent l’imaginaire du film de monstre et les arts plastiques, dans un contexte réaliste.

Kindil est une réussite, et Damien Ounouri qui s’était déjà illustré avec talent dans le documentaire, un cinéaste à suivre.

Voir le film :

Kindil El Bahr est une sorte de « female revenge movie ». Pourquoi un réalisateur homme fait-il un film où une femme maltraitée prend sa vengeance contre les hommes ?

  • Damien Ounouri : Oui, je suis un homme, mais j’ai écrit le scénario avec une femme. Cela permet d’équilibrer la façon de voir les hommes et les femmes. L’idée est née avec ma coscénariste et actrice Adila Bendimerad et aussi avec un artiste-plasticien qui avait envie de faire une performance sur une femme dans l’eau entourée par des hommes. Au même moment, Adila a été très marqué par l’histoire d’une femme afghane lynchée dans la rue. Cela m’intéresse d’attaquer mes histoires par l’angle de la femme. Même au niveau mondial, très souvent, les questions sont réduites aux apparences des femmes : est-ce que ce qu’elles portent est trop long, trop court… Ce n’est pas une question féministe, mais humaniste. Ce qui m’intéresse, c’est comment un homme réagit par rapport aux femmes ? Comment se placent les amis, les maris, les membres de la famille, par rapport à cette femme dans le film. Comment construit-on une société ensemble ?

Qu’est-ce que signifie le titre Kindil El Bahr ?

  • Cela veut dire méduse. Kindil signifie « lanterne », la lumière. Et « El Bahr » signifie « de la mer ». En arabe, on dit pour méduse « lanterne de la mer ».

Depuis quelques années, le sujet de la femme harcelée et maltraitée est omniprésent dans les médias et dans le cinéma, par exemple Les femmes du bus 678 du réalisateur égyptien Mohamed Diab. Est-ce un problème qui pourrait être changé grâce au cinéma ?

  • J’espère que le cinéma peut changer des choses, mais je n’en suis pas sûr. C’est plus une question d’éducation et de politique. Ce n’est pas une question de pays ou de culture ou de religion. La question de la femme cristallise les préoccupations, comme actuellement la question de harcèlement en France ou avant dans les pays arabes. C’est pourquoi notre film n’est pas localisé. Cela ne se passe pas en Algérie, mais dans un monde parallèle, très proche. Dans le film, il y a beaucoup d’éléments de l’Antiquité. On a envie de montrer : c’est une question récurrente à l’humanité qui remonte à très loin.

Votre film démarre avec une scène banale : avant de partir au travail, un homme emmène sa femme, ses deux enfants et leur grand-mère en voiture à la plage. Tout d’un coup, la situation bascule. Est-ce une métaphore pour la condition des femmes en Algérie ?

  • Pas vraiment. Ce qui nous intéressait était de basculer doucement du réalisme à quelque chose de plus fantastique. La bascule se fait tout simplement. D’un seul coup, cette femme commence à s’écouter. Elle ne réagit plus par rapport à l’environnement, mais il y a la mer, cet élément naturel, qui l’appelle. Elle s’oublie, se laisse aller, rentre dans l’eau, se mouille, nage. Et quand un corps se détend, il devient vite très sensuel. C’est une plage où il y a très peu de femmes, alors des hommes l’ont remarquée et commencent à l’embêter. Le film est clairement très politique. C’est un peu un film à la George Romero [cinéaste de Zombie, un film américano-italien gore réalisé en 1978, ndlr]. Notre film permet une sorte de catharsis de la société contemporaine. Il y a aussi un aspect Œdipe, roi [film de Pier Paolo Pasolini, ndlr] dans nos histoires. C’est fort en couleurs, en émotions et cela va très loin. Tout cela pour provoquer chez le spectateur un électrochoc et le faire réfléchir sur sa société.

La caméra est très sensuelle quand Nfissa plonge dans le sable, entre en contact avec la mer. Une magnifique danse sous l’eau annonce la transformation en méduse. Est-ce une référence à un mythe ancien ?

  • Il y avait cette envie d’un retour à la vie. Notre histoire réaliste aurait pu s’arrêter là. On s’est dit : non, on va la faire revivre, on va la transformer, faire revenir comme une damnée de la terre. Et là, cela devient politique. Elle va devenir une nouvelle créature qui veut récupérer sa famille et se venger.

Le commissaire qui enquête sur la disparition de la femme, prononce la phrase sibylline : « On ne devient pas méduse sans raison ».

  • Pour la société, dans de très nombreux cas, la femme victime devient coupable. Dans le film, personne ne demande ce qui est arrivé à cette femme. Au bout d’un moment, cette femme est considérée comme coupable et il faut l’abattre. Quand une femme se fait violer, souvent on dit qu’elle l’a bien cherché. Dans le film, elle bascule et devient une créature. La société ne veut plus savoir qui était cette femme, ce qui lui est arrivé.

Adila Bendimerad, actrice et coscénariste de « Kindil el Bahr » du réalisateur algérien Damien Ounour : « Dès que le corps de la femme devient épanouie et respire, on panique et on le réprime. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s