Mary Shelley // amazing movie and soundtrack

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La première réalisatrice saoudienne sort un film féministe sur Mary Shelley

haifaa_al-mansour.jpg
Haifaa Al-Mansour, première réalisatrice de cinéma saoudienne
 © GERARD JULIEN / AFP

Un projet sur une femme médecin

Ce film a provoqué un immense débat dans son pays d’origine, à la suite de sa sélection aux Oscars du meilleur film étranger en 2014. Pays ultraconservateur, l’Arabie saoudite s’est engagée, sous l’impulsion du prince héritier Mohamed ben Salmane, dans une série de réformes visant à une plus grande participation des femmes dans la vie économique et sociale. Des femmes, autorisées à conduire dans le royaume depuis le 24 juin, mais qui restent sous tutelle masculine. Le prince héritier a également levé l’interdiction des salles de cinéma et autorisé les concerts mixtes, et le pays a annoncé son ambition de se lancer dans le 7e Art.
« L’Arabie saoudite a changé par rapport à l’époque où j’ai tourné ‘Wadjda’ », estime la cinéaste qui vit aujourd’hui à Los Angeles avec son mari américain et ses enfants. « Maintenant, nous avons un fonds pour le cinéma qui soutient mon prochain projet, qui s’appelle ‘Le Candidat parfait’, sur une jeune doctoresse saoudienne qui décide de se présenter à une élection municipale », dit-elle. Un film dont le tournage commencera en septembre.
Mary Shelley, c’est moi

Acclamé par la critique, premier film saoudien à concourir pour l’Oscar du meilleur film étranger en 2014, « Wadjda », a ouvert bien des portes à Haifaa Al-Mansour, et notamment celles d’Hollywood. Des producteurs sont venus lui proposer « Mary Shelley », biopic de la créatrice de « Frankenstein » avec l’actrice américaine Elle Fanning qui sort mercredi (bientôt la critique sur Culturebox).

« Je ne m’attendais pas à ça », reconnaît la cinéaste, formée à l’Université américaine du Caire, puis à l’Université de Sydney où elle a décroché un master en cinéma. « Nous avons beaucoup réécrit le scénario », poursuit-elle. « Ce n’est pas seulement une histoire d’amour ».

« Mary Shelley » : la bande annonce

Tourné entre l’Irlande, le Luxembourg et la France, « Mary Shelley » raconte la vie de Mary Wollstonecraft Godwin, jeune fille aux idées progressistes qui a fait scandale en s’enfuyant à l’âge de 16 ans avec le poète Percy Shelley. Elle a ensuite écrit à 18 ans « Frankenstein », devenu un livre culte mais publié anonymement à ses 21 ans, dans une société qui laissait encore une place restreinte aux femmes de lettres.
« L’histoire de cette femme, qui écrit quelque chose de si original et qui n’a pas son nom sur la couverture, je ne pouvais pas ne pas la raconter. Je me suis dit que c’était définitivement un film pour Haifaa », dit-elle.

Pour la réalisatrice, qui dit aimer vivre à Los Angeles, il reste néanmoins « très important de faire des films en Arabie saoudite, particulièrement au moment où le pays se lance dans le 7e Art et autorise l’ouverture de salles de cinéma ». « Ce sera merveilleux de faire partie de l’évolution du cinéma dans le pays », ajoute-t-elle.

  • A noter que le film est réellement poignant et touchant, la dureté et la souffrance du personnage est traité de manière très juste et bouleversante. On accompagne Mary Shelley dans sa descente aux enfers. Sans oublier, le soundtrack qui apporte une intensité sans égal. Je recommande ce film qui vraiment est très riche, de nombreuses références artistiques y sont présentes de part Lord Bryon de nombreux poèmes récités ainsi que des œuvres d’arts telle que « The Nightmare » d’Henry Fusili (1781) référence subtile pour annoncer la fin tragique de l’héroïne. (ps voir le film en vo)

the nightmare.jpg

She Walks in Beauty

BY LORD BYRON (GEORGE GORDON)
She walks in beauty, like the night 
Of cloudless climes and starry skies; 
And all that’s best of dark and bright 
Meet in her aspect and her eyes; 
Thus mellowed to that tender light 
Which heaven to gaudy day denies. 
One shade the more, one ray the less, 
Had half impaired the nameless grace 
Which waves in every raven tress, 
Or softly lightens o’er her face; 
Where thoughts serenely sweet express, 
How pure, how dear their dwelling-place. 
And on that cheek, and o’er that brow, 
So soft, so calm, yet eloquent, 
The smiles that win, the tints that glow, 
But tell of days in goodness spent, 
A mind at peace with all below, 
A heart whose love is innocent!

By Peter Bradshow 

Haifaa Al-Mansour is the Saudi Arabian film-maker whose 2012 debut feature Wadjda was the first to be shot entirely in her home country and so far the only Saudi picture to be directed by a woman. So she is an interesting choice to take on this script from first-time screenwriter Emma Jensen, about the life of Mary Shelley, author of the 1818 classic Frankenstein, famously arrived at after a kind of competition, or dare, between Mary, her soon-to-be husband Percy Shelley and Lord Byron, as to who could create the scariest tale.

Mary was a woman working in a man’s world, creating an entirely new genre of writing and moreover one in a brutal and audacious and stereotypically male style. It was a thrilling story that tackled the themes of abandonment, cruelty, arrogance, the limits of knowledge and the nature of creation. And all of this was thoroughly gendered, as nobody used to say in 1818. (In fact, there are some slight anachronistic touches here, people saying “gender” instead of the plainer “sex”, and using phrases such as, “I have no problem with it.”)

Elle Fanning has a pertly innocent serenity in the role of Mary, and her insouciant poise carries this robustly watchable, if basically rather undemanding drama. She always has an air of defiance and impregnable purity, delicate prettiness and granite integrity: someone untouched by any of the physical or moral squalor in which she happens to find herself. She was rather similar in Nicolas Winding Refn’s horror film The Neon Demon.

Douglas Booth is her lover, and later husband, a distinctly epicene and conceited Percy Bysshe Shelley, and Tom Sturridge is outrageously over the top as Lord Byron, giving vent to declamations such as: “I’m going to go riding! I need something thick between my legs!” (That’s a line that Mel Brooks might have written for his own masterpiece, Young Frankenstein.) Byron certainly seems to be mad, bad, dangerous to know, and also a great user of kohl and eyeliner as if appearing in a lost, gothic video for Duran Duran. Bel Powley refuses to be upstaged in the thankless role of Mary’s sister and Byron’s lover Claire Clairmont. Stephen Dillane brings something gloomy, thoughtful and saturnine to the role of scholar and bookseller William Godwin, Mary’s father and the widowed husband of feminist campaigner Mary Wollstonecraft.

The drama as Jensen conceives it is perhaps more parochial and interior than other treatments might have been. There are no grand European journeys, nothing showing Mary in Germany, near where the actual Frankenstein castle was to be found and in which alchemical experiments were thought to have taken place. A more playful or whimsical script might have imagined Shelley seeing the castle, maybe even knocking on the door and being admitted by a bowed and sinister servant, prior to having a quick look round in the interests of research.

This is a story bound by the British Isles. A young Mary goes on a journey to family friends in Scotland, where she is first to make the acquaintance of Percy Shelley, then a headstrong young poet with little published. Back in London, she endures genteel poverty, and then ungenteel poverty once she has run away with Percy, and then a miraculous promotion to what looks like wealth in the Jane Austen-ish environs of Bloomsbury. But it becomes horribly clear that reckless and irresponsible Shelley is paying for everything with borrowed money. So, apart from anything else, Mary learns something that appears to have escaped her unreliable lover: that a professional writer pays his – or rather her – way.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s