Dans les rues d’Istambul; Kedi des chats & des hommes

À Istanbul, les rats se font rares. Et pour cause, ça fait miaou partout. Descendants des premiers matous arrivés dans les cales des bateaux, des centaines de milliers de chats de gouttière occupent la ville.

Ni tout à fait domestiques, ni tout à fait sauvages, ils se font dorloter par les Stambouliotes qui les considèrent comme des créatures pures, aimées du Prophète.

Native d’Istanbul, la réalisatrice Ceyda Torun a suivi pattes à pattes sept de ces petits félins et en a fait les protagonistes de son premier documentaire, Kedi (« chat », en turc).

Une autre façon de découvrir Istanbul. Kedi, des chats et des hommes, sorti sur les le 27 décembre 2017, propose une balade dans les rues de la ville turque à travers les portraits de sept matous y vivant en liberté.

Un rapport intime avec les habitants d’Istanbul

On retrouve ainsi Sari l’arnaqueuse, Bengü la tombeuse, Psikopat la psychopathe, Deniz le mondain, Aslan Parçasi le chasseur, Duman le gentleman et Gamsiz le joueur.

Mais le documentaire de Ceyda Torun montre aussi leur rapport intime avec les Stambouliotes qui prennent soin d’eux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

KEDI DES CHATS ET DES HOMMES
Réalisé par Ceyda Torun
Distribué par Epicentre Films
Genre : documentaire
Nationalité : Turc, américain
Ce documentaire a déjà été nommé 3 fois dans des festivals et a obtenu le prix du meilleur documentaire au Critics Choice Documentary Awards 2017
Durée : 1 h 20
Le synopsis : 
 
Depuis des siècles, des centaines de milliers de chats vagabondent dans les rues d’Istanbul. Sans maîtres, ils vivent entre deux mondes, mi sauvages, mi domestiqués – et apportent joie et raison d’être aux habitants. KEDI raconte l’histoire de sept d’entre eux. 
Bon à savoir :
Le distributeur Epicentre Films et la Fondation 30 Millions d’Amis s’associent pour la sortie de « KEDI – des chats et des hommes ».
Une part du ticket de cinéma pour aller voir le film sera reversée à la Fondation 30 Millions d’Amis pour une campagne nationale et internationale de stérilisation des chats, « une action indispensable pour protéger et maîtriser la reproduction des félins » .
« Vous allez comme moi être éblouis par le film (…) un documentaire poétique, véritable ode aux chats mais aussi à la cité mythique d’Istanbul qui leur sert d’écrin. » dixit Reha Hutin, Présidente de la Fondation.
Ce film a été élu Lauréat du Meilleur Premier Film Documentaire et élu par IndieWire.com comme l’un des 25 meilleurs documentaires de ce début du XXIème siècle.
 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s