Le Grand Méchant Renard

grandmechantcritique.jpg

 

Dans le premier récit, Un bébé à livrer, un lapin et un canard idiots se retrouvent à devoir transporter une petite humaine, Pauline, jusqu’à chez ses parents en compagnie d’un cochon jardinier qui n’est pas prêt pour l’aventure. En plus d’être très mignon, c’est le plus rythmé des trois, avec ses courses folles à travers la campagne, à pied, en voiture ou en avion, pour réussir cette mission impossible. 
Puis arrive Le Grand Méchant Renard, qui donne son titre à l’oeuvre. Et pour cause, c’est l’histoire la plus attachante des trois. Incapable de rivaliser avec le loup et moqué jusque dans la ferme voisine où il n’effraie personne, il décide de voler trois œufs afin de dévorer les poussins qui en sortiront. Problème : à la naissance, les petits sont persuadés qu’il s’agit de leur maman. Ce sont donc des renards… qui mangeraient bien des poussins ! A partir de ce malentendu, difficile de les éduquer correctement. A moins de trouver un moyen de rejoindre la ferme, afin que les triplés puissent aller à l’école avec des camarades de leur espèce ? Le plan serait idéal, si les mamans poules n’avaient pas fondé un club de défense contre les renards. 
Place enfin à Il faut sauver Noël, où l’on retrouve le lapin et le canard. Persuadés d’avoir tué le Père Noël (qui était en fait en plastique), ils se mettent en tête de livrer les cadeaux à sa place. Et quels cadeaux ! Un épluche carottes pour le rongeur, des poupées œufs pour les poussins… « Et si, à partir de maintenant, on devenait des adultes responsables ? », demande l’un deux entre deux énormes bêtises, déclenchant l’hilarité des spectateurs de tout âge.

Avec son humour parfois absurde, son ton toujours juste, son doublage parfait (difficile de résister au petit poussin poli et trop naïf) et surtout son envie d’émerveiller autant les petits et les grands, Le Grand Méchant Renard est une réussite, qui rappelle parfois Shaun Le Mouton, même s’il cite ouvertement d’autres héros classiques de l’animation, tels que Tororo, l’emblème de la Nature des studios Ghibli, quelques figures phares de Disney (Mickey, Riri, Fifi et Loulou…) ou Astérix. Ne cherchez plus, le film d’animation de l’été est là.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s