Un des meilleurs sons de Dosseh, « Solo »: Soit c’est l’amour qui rend con Soit y’a qu’des cons qui tombent amoureux…

« Solo » titre extrait de son album récent Yuri, sans vouloir trop parler de Putain D’époque je citerai seulement Nekfeu qui faisait déjà allusion à ce genre de déception sentimentale: « Amour, Pulsion, Désillusion… » c’est ce que Dosseh relate plus en profondeur dans cette nouvelle musique « Solo » qui a une mélodie particulièrement belle sans parler du texte qui fait preuve de constat de notre époque en termes amoureux, sentimentaux, amicales (notamment dans le refrain) … Entre amertume et trahison, Dosseh relate la cruauté de la nature humaine bien réelle.

Je vous laisse analyser les paroles qui sont tellement justes et vraies ->

Tes ennemis t’baisent, tes amis t’baisent
Et les autres, bref, ils attendent la brèche
J’pense de moi qu’j’suis vraiment cru
Mais j’suis juste cruellement vrai
Toi l’banquier t’la mise dans l’cul
Tu crois qu’le bonheur est dans l’prêt
Elle te disait qu’elle t’aime, plus qu’elle ne s’aimait elle même
C’est pas ce qui l’a l’empêche d’se faire ken par un autre
Et tes soi-disant frères, quand t’as pris 6 ans ferme
Pas d’parlu, pas d’mandat pas un mot
T’essaies de les faire croquer
Mais c’est toi qu’ils veulent manger
Faites pas les mecs choqués le jour où j’vais vraiment changer
J’ai l’cul du game à mon annulaire
Comme une putain d’alliance
Ils se demandent « Pourquoi tant d’haine ? »
Ils n’en comprennent pas l’sens

[Refrain]
On se bluff, on se bluff, on se bluff yeux dans yeux
On s’attire, on s’attache, mais on joue à un jeu dangereux
On se bluff, on se bluff, on se bluff yeux dans yeux
Et puis on fini solo, et puis on fini solo

[Couplet 2]
Au départ on achète les meubles
Puis on déplace les meubles
On essaye d’sauver les meubles
Et un jour on s’partage les meubles

Et j’me demande c’que ces gens font
J’crois qu’ils essayent tous d’être heureux
Igo, remballe ton cœur d’éponge
J’ai troqué l’mien contre un portefeuille
J’compte les loves je compte pas sur les gens
A la déception j’préfère l’orgueil
Y’a aucun lien imbrisable, pas même l’amour d’un frère
Les gens se rendent compte de tout ce que tu fais
Pour eux le jour ou t’arrêtes de le faire
Tu verras jamais d’arc-en-ciel sans un peu de pluie
Y’a pas d’lumière, pas d’soleil plein sans un peu de nuit
Le jour du jugement dernier quel baveux tu vas appeler
Quand tu crois nager dans l’bonheur
Est-ce là où tu as un pied ?

[Refrain]
On se bluff, on se bluff, on se bluff yeux dans yeux
On s’attire, on s’attache, mais on joue à un jeu dangereux
On se bluff, on se bluff, on se bluff yeux dans yeux
Et puis on fini solo, et puis on fini solo

[Outro]
Solo, solo, solo, solo
Et puis on fini solo
Solo, et puis on fini solo
Solo

Publicités