#IndustrialFood #StreetFood #StreetFood

Michael Moss a reçu le prix Pulitzer en 2010 pour son travail sur la viande contaminée. Cette fois, il revient avec un livre « sucre, sel et matières grasses, comment les industriels nous rendent accro », dans lequel il a mené une enquête sur les leviers utilisés par l’agro-alimentaire pour nous rendre accros aux plats préparés et aux sucreries.
Pendant plusieurs années, le journaliste a rencontré des professionnels et d’anciens cadres du secteur agro-alimentaire. Ses conclusions, sans être vraiment surprenantes, sont édifiantes.
Il existe un triptyque fatal pour notre santé, mais flatteur por nos papilles que les industriels ont réussi à mettre au point: sucre, sel et matières grasses. Ils sont judicieusement dosés pour nous rendre heureux à chaque bouchée grâce à des calculs et des recherches scientifiques bien loin de la cuisine traditionnelle.
En effet, c’est une artillerie de compétences qui se cache derrière les plats préparés, du plus attendu comme le cuisinier, au plus surprenant le psychologue.
Car ne pensez pas que vous développez une appétence pour du hachis Parmentier gluant par hasard … Tout est étudié pour atteindre le point parfait de satisfaction, celui-là même que Coca-cola maîtrise avec brio. Sa recette du Coca le rend « oubliable » pour indiquer à notre cerveau qu’il peut en absorber plus, sans écoeurement.
Nommé le « bliss point », cet état de satisfaction parfait, d’équilibre absolu qui nous rend accro et nous pousse à en vouloir davantage est le Graal de tous les industriels. Ils déboursent d’ailleurs chaque année des millions pour financer des études sur notre cerveau, notre palais, nos émotions, nos appétences et combiné tout cela dans un plat préparé que nous achetons avec le sourire au supermarché.
On sait pourtant que le sucre, le sel et les matières grasses peuvent avoir de graves conséquences sur l’obésité, les maladies cardiovasculaires, le diabète ou l’hypertension, entre autres. Puisque les industriels ont adapté cette stratégie, c’est à nous d’agir et de reprendre les contrôle de nos fourneaux !