« Les origines ce n’est pas très important, c’est le regard que tu portes sur elles qui compte » Débarquement Immédiat & La Crise des Réfugiés … La France d’aujourd’hui: #toutesdailleurs

Initialement je ne voulais pas voir ce film « Débarquement Immédiat » car il me paraissait TROP énervant TROP farfelu TROP dans l’exagération … et je ne me suis pas vraiment trompé, cependant, en le regardant j’ai changé d’avis vers la 2ème moitié du film où le sujet dur film prend tout son sens (avec les préjugés, le racisme, la discrimination, les clichés à tout va) et ce sujet ne pouvait pas être plus ancré dans la réalité actuelle que l’on vit. Ce qu’on peut surtout constaté c’est que la France d’aujourd’hui est très diversifiée et le magazine ELLE a su l’illustrer de la meilleure manière, car beaucoup ont déjà été « des réfugiés » la France a toujours été un pays d’accueil et c’est assez dommage que tant de préjugés et d’inhumanité persistent. La misère est trop présente et c’est affligeant cette indifférence par le monde qui nous entoure. Mais les choses tendent à évoluer c’est ce que nous racontent les journaliste de ELLE dans l’article suivant ->

By ELLE:

Adèle Exarchopoulos, Monica Bellucci et Inna Modja portent un message de solidarité en couverture de ELLE . « Nous venons toutes d’ailleurs » : ce sont 12 célébrités qui témoignent; Ces actrices, chanteuses ou ex-ministre, comme Fleur Pellerin, font la France que l’on aime, accueillante et ouverte à tous.
Elles prennent la parole et lancent un appel à la solidarité avec les réfugiés arrivant en France, une opération initiée par la Fondation ELLE et sa déléguée générale Karine Guldemann. Avec le hashtag #toutesdailleurs, vous pourrez vous aussi vous engager, témoigner, partager des messages d’espoir et faire bouger les choses.

La honte. La tristesse. L’impuissance. Ce sont les sentiments qui traversent les journalistes de la rédaction « lorsque nous sommes confrontés au douloureux sort des réfugiés. Lorsque nous constatons l’absence quasi totale de réflexion et d’action politique à leur égard ou les réactions de rejet et de racisme qu’ils suscitent ».

Ce manquement tragique au plus élémentaire des devoirs humains, cette non-assistance à plus démuni que soi nous interrogent, nous déstabilisent, nous bouleversent. Et nous questionnent, à l’infini, sur le sens de la solidarité nationale et les valeurs d’une société égoïstement tournée vers elle-même que nous refusons de léguer à nos enfants.

Il faut pourtant ne pas désespérer puisque nous trouvons, dans la nouvelle génération, matière à résister. C’est en effet du côté de la jeunesse que naissent les élans de générosité les plus stimulants, et que les exemples de solidarité abondent. Help Refugees est une association anglaise fondée par un jeune groupe d’amis, il y a un peu plus d’un an. Cette organisation non gouvernementale, créée pour aider les réfugiés de Calais, a, depuis, levé 3,1 millions d’euros, recruté 8 500 volontaires, servi 350 000 repas, sauvé 2 500 vies en Méditerranée, et poursuit aujourd’hui son travail humanitaire dans 24 camps en Europe. Belle réussite, qu’une association loi 1901 initiée par deux jeunes femmes, françaises cette fois, Manon Ahanda et Héloïse Mary, est bien décidée à imiter : Baam, ou Bureau d’accueil et d’accompagnement des migrants. Jour après jour, les bénévoles vont au contact des populations venues d’Érythrée, du Soudan, d’Égypte, d’Afghanistan ou de Syrie pour les soutenir dans leurs démarches administratives et leur fournir aide médicale et cours de français, ou organiser des événements culturels afin de sensibiliser les Parisiens et de lever des fonds. « On oublie souvent que les réfugiés sont des humains comme nous, on ne parle jamais de ceux qui chantent, qui prient dans les camps, qui sont des artistes », s’emporte l’actrice de 22 ans Adèle Exarchopoulos, marraine très active de Baam.

« CETTE INITIATIVE EST NÉE D’UNE ÉNORME COLÈRE, QUI DOIT DÉSORMAIS SE TRANSFORMER EN ACTION ET ENGENDRER UNE PRISE DE CONSCIENCE COLLECTIVE. »
C’est cette flamboyante jeunesse qui a inspiré notre mobilisation #toutesdailleurs, notamment l’initiative, en Grande-Bretagne, de Help Refugees qui a demandé à une dizaine de personnalités, de Rita Ora à Jamie Cullum, de témoigner de leurs origines cosmopolites dans une vidéo sur YouTube : « Refugenes », car « on a toutes des gènes de réfugiés ». Nous le savons, la France tire, à l’instar de l’Angleterre, sa richesse de son multiculturalisme et de ses vagues successives d’immigration. Cette France, nous la rêvons terre d’accueil, comme le clame son histoire. « Face à la situation des réfugiés, nous avons une exigence de solidarité absolue, insiste Karine Guldemann, déléguée générale de la Fondation ELLE, qui a imaginé le projet #toutesdailleurs. Cette initiative est née d’une énorme colère, qui doit désormais se transformer en action et engendrer une prise de conscience collective. ‘France, terre des droits de l’homme’ ne doit pas être un vain mot. Tâchons de retrouver notre humanité. »

Et c’est pour cette raison qu’à leur tour ELLE a demandé à treize actrices, chanteuses, femme politique, etc. de  raconter leurs histoires de femmes en France, toutes venues d’ailleurs et toutes d’ici. Elles s’en sont acquittées avec ardeur. Nous espérons que ce combat deviendra le vôtre : toutes mobilisées pour défendre un pays solidaire. 

Publicités