La Belle Saison

Réalisatrice : Catherine Corsini
Directeur musical : Grégoire Hetzel
Avec Cécile de France , Natalie Beder , Bruno Podalydès …
Sélections : César de la meilleure actrice, César de la meilleure actrice dans un second rôle,       Prix du Public UBS

Synopsis:
La Belle Saison est un film français réalisé en 2015 par Catherine Corsini. C’est une comédie dramatique évoquant une relation amoureuse entre une agricultrice et une enseignante et militante féministe dans la France des années 1970.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Critique:
Le film de Catherine Corsini est aussi sympathique que son interprète principale, Cécile de France. Radieuse, enthousiasmante, elle a visiblement cru au projet, en sa réalisatrice et en la cause qu’elle défendait : la liberté de s’aimer selon son goût dans une société qui ne l’entend pas de cette oreille… Au début de la décennie 1970, donc, au moment où les féministes tentent de prendre hardiment des droits que Mai 68 leur a accordés sans trop y croire, Carole (Cécile de France) rencontre Delphine (Izïa Higelin). Etre amoureuse d’une femme ne lui serait jamais venu à l’idée, mais voilà qu’elle tombe raide dingue de la jeune provinciale, au point de la suivre à la campagne, où Delphine reprend la ferme familiale.
C’est là que le bât commence à blesser. Toute à la passion de ses deux héroïnes, Catherine Corsini les filme en de longues étreintes, supposées lyriques, dans des champs inondés de soleil : à la longue, ça lasse un peu… Et elle fait la part trop belle à l’envahissante mère de Delphine qu’interprète, avec une « kolossale » sobriété, Noémie Lvovsky. Que les fermières françaises des années 1970 (et même d’aujourd’hui, sans doute) ne soient pas ravies de découvrir l’homosexualité de leur fille, soit. Que Catherine Cor­sini et son actrice fassent du personnage une sorte de veuve corse droit sortie du Colomba de Prosper Mérimée ou de Cavalleria rusticana, l’opéra naturaliste de Pietro Mascagni, non ! Étrange outrance si l’on se souvient de Partir, autre récit d’une passion amoureuse — entre Kristin Scott Thomas et Sergi López — que la réa­lisatrice filmait en 2009 avec une épure digne d’une tragédie. Ici, on ne dépasse pas la générosité, la tendresse, le désir louable de braver l’intolérance. — Pierre Murat

voir le film -> http://fmovies.to/film/summertime.1ny6q