J’aime regarder les filles

Comédie, réalisé par: Frédéric Louf  
Avec: Pierre Niney , Audrey Bastien , Lou de Laâge …  
Date de sortie: 20 juillet 2011  
Synopsis:
Primo passe son bac pour la deuxième fois, en mai 1981, alors que la France s’apprête à choisir un nouveau président qui pourrait avoir le visage de François Mitterrand. Le jour du scrutin, son père, fleuriste, lui fait nettement comprendre qu’il a plutôt intérêt à décrocher son diplôme. Primo retourne à Paris. Lors d’une soirée dans les beaux quartiers, il tombe amoureux de Gabrielle. Puis il se lie avec son nouveau voisin, Malik, qui lui procureun travail de chauffeur. Primo tente de faire croire à ses amis des quartiers riches qu’il appartient au même milieu qu’eux. Gabrielle s’y laisse prendre et passe la nuit avec lui… Analyse: Bonne surprise que cette comédie d’initiation sentimentale au temps de l’arrivée de Mitterrand au pouvoir. L’auteur n’en rajoute pas dans le vintage ou la reconstitution à clins d’œil. Mais il retrouve, à sa manière impressionniste, l’élan et les illusions d’une époque. Le bond de trente ans en arrière a surtout pour fonction, modeste, de refléter l’ivresse des possibles qui saisit Primo, 18 ans, provincial, fils de fleuriste, « monté » à Paris pour passer le bac. Le garçon s’invente à vue des désirs et bricole des stratagèmes pour les satisfaire. La touche de Musset qui fait le charme de ses tribulations tient à cette idée lumineuse : derrière le choix d’un amour couve une aspiration existentielle, ou sociale. Primo, à l’étroit dans sa chambre de bonne, s’éprend d’une lycéenne du 16e arrondissement, qu’il n’aurait jamais dû croiser. Il se fait alors passer pour un bourge afin d’infiltrer son réseau de fils et de filles à papa. Sauf qu’il y a encore, au-delà de cette obsession, une ruse de l’inconscient. Peut-être un chemin invisible vers autre chose ou quelqu’un d’autre. Le récit déploie ce genre de subtilité l’air de rien : les rebondissements sont burlesques. Primo se prend les pieds dans ses mensonges. Et dans ce rôle de casse-coufragile, d’audacieux sensible, explose Pierre Niney, benjamin de la Comédie-Française, beau dégingandé, idéal pour porter le mélange de dérision et d’idéalisme que vise le film.
voir le film -> http://sokrostream.biz/films/j-aime-regarder-les-filles-63788.html
Publicités