L’Échappée belle

SYNOPSIS

Libre de tout et sans attaches, Eva, 35 ans, sans enfant, se laisse aller à ses désirs. C’est une jeune femme indépendante qui ne s’attarde guère sur les conventions. Elle ne s’encombre de rien ni de personne. Pourtant, Léon, 10 ans, qui vit dans un foyer, va bouleverser sa vie fantasque. Le jeune garçon, malicieux et calme, l’aborde à la table d’une terrasse d’un café. Il a besoin d’elle pour retrouver sa mère qu’il ne connaît pas. Elle découvre qu’elle aussi doit combler un manque. Dès lors, leur destin sera à tout jamais lié. C’est le premier film d’Emilie Cherpitel, qui a travaillé sur des films comme « Les Garçons et Guillaume, à table ! » de Guillaume Gallienne. Au générique, on retrouve Clotilde Hesme vue en 2014, dans « Le dernier coup de marteau » et la série TV diffusée sur Canal Plus, « Les revenants » et Clotilde Courau (« Babysitting »). Egalement au casting, le comédien américain, Peter Coyote, aperçu en 2015 dans « Good Kill ».


critique-film-echappee-belle-300x200.jpg

L’échappée belle, jusque dans son titre, est construit comme un conte, un moment suspendu. Les aspirations de Léon comme d’Eva sont les mêmes : faire ce qu’ils veulent. Avec eux, Simon, l’éternel amoureux transit, vient apporter un peu de stabilité, bien que son jeu préféré soit de réciter des grands classiques et de faire deviner à l’autre le titre de l’oeuvre choisie.

Le film est tel un petit bonbon acidulé, il mène les deux lascars un peu partout, de Rome à Paris, en passant par la campagne. Leurs apparitions s’accompagnent d’une joie communicative qui atteint aussi parfois le spectateur. Les personnages secondaires sont à peine survolés, sœur, père et mère. Cette famille qu’Eva peine à comprendre et qui manque si cruellement à Léon, est juste un héritage, de l’argent.

Eva est une femme légère, rattrapée par la lourdeur dès qu’elle est complètement seule. Elle observe les autres avec des jumelles, voyage dans des trains surannés. Il y a une douce fantaisie chez cette femme, on peut presque sentir son odeur. En tout cas, Eva est une musique, une note joyeuse et sucrée.

Clotilde Hesme prête d’ailleurs sa voix chantée pour ce personnage. Pourtant, elle est aussi naïve et agaçante quand elle veut ne pas grandir. Il n’y a qu’une chose qui la fait continuer d’avancer : la certitude qu’elle a trouvé sa pépite, Léon. Le film les sépare un temps, mais ce n’est que pour mieux les réunir…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s